• Didactique du français langue seconde

  • Volet dépôt d'objets d'apprentissage

  • France Boutin, Ph.D.
  • Université du Québec à Montréal
www.didfl2.uqam.ca/depot -> Liste des incidents -> Édition d'un incident

La planification des situations d'apprentissage

  • La motivation
  • Les consignes
  • Le travail individuel / d'équipe, les critères de regroupement
  • La gestion du temps
  • Le niveau de langue
  • Les TIC : le niveau de compétence technologique

Parle-moi de ta famille

 

  • Les informations générales
  • La catégorie de l'incident
  • La planification des situations d'apprentissage
  • Le nom donné à l'incident
  • Parle-moi de ta famille
  • Le contexte
  • Le contexte social
  • Élèves provenant d’un milieu socio-économique mixte : certaines familles sont issues de la classe moyenne et plusieurs autres sont dans une situation financière plus précaire. Plusieurs élèves proviennent de familles d’immigration récente qui tentent de s’intégrer au marché du travail québécois.
  • Le contexte scolaire
  • École primaire dans un milieu pluriethnique sur l’Ile de Montréal
  • Le programme
  • Français de base
  • Le niveau d'enseignement
  • 4e, 5e, 6e
  • Le groupe classe
  • Il s'agit plutôt d'un groupe d'anglais langue seconde (régulier – à raison de deux cours de 50 minutes par semaine), mais le formulaire ne permet pas ce choix. C'es un groupe de 28 élèves dont la plupart sont issus de l’immigration. Ils peuvent tous s’exprimer en français avec aisance bien qu’il ne s’agit généralement pas de leur langue maternelle. Ils démontrent une grande ouverture à l’égard de l’apprentissage de l’anglais, toutefois seul un ou deux élèves peut communiquer couramment dans cette langue. Quelques élèves sont en attente d’un diagnostic. Ils participent toutefois bien au déroulement de la classe bien qu’ils soient quelques peu éparpillés et nécessitent un peu plus d’attention de la part de l’enseignante.
  • La situation ou la circonstance entourant l'incident
  • Cette leçon s’inscrivait dans le cadre d’une unité portant sur les membres de la famille et les professions. Mon enseignante-associée utilisait un manuel ainsi qu’un cahier d’activité qui n’était pas approuvé par le MELS suite à la réforme, mais qui allait être remplacé sous peu. Je tentais donc de baser mes leçons en partie sur le matériel qu’elle me demandait d’utiliser, mais j’essayais aussi d’y ajouter ma couleur en intégrant les notions acquises lors de ma formation. Lors des leçons antérieures, nous avions discuté des mots à utiliser pour parler des membres de notre famille. Nous les avions utilisés en contexte à quelques reprises et les élèves avaient aussi appris à identifier les membres d’une famille fictive, les Jones, présentés dans le manuel. Lors de la leçon, j’allais demander aux élèves d’utiliser du nouveau vocabulaire sur les professions et de parler de leur famille.
  • La réflexion avant l'action
  • La réflexion
  • J’avais à cœur l’idée de rendre l’activité la plus près possible du vécu des élèves. À quoi donc pouvait leur importer que monsieur Jones soit un médecin! Je souhaitais leur donner la parole et donc la chance d’apprendre le vocabulaire qui leur permettait de décrire leur quotidien. Mon activité de réinvestissement leur permettrait donc d’identifier les concepts importants pour eux.
  • L'action
  • La description de l'action
  • Lors de la période où l’incident à eu lieu, j’ai demandé aux élèves lors de l’amorce de se présenter au tableau et de coller le nom de la profession à côté de l’image qui y correspondait. Ils ont participé à l’activité avec entrain et utilisaient souvent leurs connaissances de français pour deviner le sens des nouveaux mots qu’ils apprenaient. Pour les mots plus difficiles, j’ai eu recours à l’aide des élèves bilingues. Par la suite, j’ai enseigné à nouveau les noms des membres de la famille Jones ainsi que leurs professions. J’ai présenté une formule modèle au tableau et j’ai modelé l’utilisation la formule à plusieurs reprises afin que les élèves aient l’occasion de se l’approprier. Comme activité de réinvestissement, j’ai demandé aux élèves d’écrire eux-mêmes quelques phrases sur une feuille que j’avais créée à cet effet. L’activité s’était bien amorcée, les élèves étaient au travail et je m’assurais que ceux ayant des difficultés étaient sur la bonne voie… Soudain, je m’aperçois un peu sur le tard qu’une élève est en pleurs. Je me dirige vers elle, me penche et lui demande tout bas (pour ne pas attirer l’attention des autres) pourquoi elle pleure. Elle me répond que son père n’arrive pas à se trouver d’emploi! Elle se sentait donc doublement déçue puisqu’elle ne pouvait compléter l’exercice et que son père était dans une fâcheuse situation! Soudainement, j’ai eu l’idée de lui demander quel était l’emploi de rêve de son père. Elle m’a répondu : « Pilote d’avion! » Je lui ai ensuite demandé si elle connaissait le mot en anglais pour pilote d’avion, elle l’a pointé au tableau. Je lui ai alors dit : « Très bien, alors maintenant tu peux l’écrire dans ton travail. » Elle m’a sourit et elle est retournée à sa place avec enthousiasme. Par chance, cette élève souhaitait vraiment plaire, alors cette courte intervention a été suffisante pour désamorcer la crise!
  • Le résultat
  • Inefficace
  • La réflexion après l'action
  • L'explication du sens de l'incident
  • Bien que ma leçon me semblait de prime abord bien ficelée, j’ai rapidement compris pourquoi mon manuel utilisait des protagonistes fictifs. Ceux-ci avaient l’avantage de rendre la leçon un peu plus impersonnelle et donc de ne pas créer de situations inconfortables chez les élèves. Ainsi, en voulant rendre mon enseignement plus près de la réalité de mes élèves, j’ai omis de penser que plusieurs d’entres-eux sont peut-être issus de familles devant composer avec des réalités diverses (i.e. familles monoparentales, reconstituées, etc.). Cette situation m’a fait comprendre que je devais tenter de prévoir ces situations dans ma planification. Par ailleurs, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de dépersonnaliser mon enseignement, il s’agit simplement de prendre en compte les diverses variables pouvant affecter l’interaction et la performance en classe.
  • Les acquis ou la construction du savoir enseigner
  • Les acquis
  • Cet incident m’a permis de réfléchir plus en profondeur sur la réalité de mes élèves. Cela m’a permis d’une part d’ajuster mon enseignement, mais aussi d’être aux aguets et de porter attention au comportement de mes élèves. Et, bien sûr, de discuter avec les spécialistes en cas de besoin. Il est bien facile de faire abstraction du fait que les élèves ont une vie (pas toujours très facile) à l’extérieur de la classe. Il faut donc savoir adapter notre enseignement pour permettre à ces jeunes de voir leur classe comme un endroit sécuritaire, mais aussi de leur donner l’occasion de laisser certains tracas de côté et d’être « enfant » durant certains moments de la journée. En ce qui concerne la leçon, si j’avais à la refaire, je laisserais soin aux élèves de choisir les membres de leur famille dont ils veulent parler. Ainsi, ils pourront décider par eux-mêmes de discuter d’une situation problématique (dans quel cas je leur offrirai une oreille attentive) ou encore de simplement rencontrer les exigences de la tâche. Par conséquent, il me faudrait donner des exemples plus divers incluant des membres de la famille élargie afin que tous puisse trouver un membre de leur famille dont ils souhaitent parler.
  • Le dépôt
  • Incident
  • Incident déposé
  • Retour à la liste des incidents